Après les menaces de pénurie de pétrole, nous entendons régulièrement parler de pénurie prochaine de chocolat.

Pourquoi manquerait-on de chocolat ?

Eh bien parce que les Chinois ont découvert qu’ils aimaient ça ! Jusqu’à récemment, les Asiatiques ne consommaient quasiment pas de chocolat. Mais, phénomène de mode aidant, ils sont de plus en plus nombreux à le découvrir … et à l’apprécier. Et on les comprend 🙂

Et même s’ils ne se mettront pas à en consommer autant que nous les français (8 kg chacun par an) en un claquement de doigts, même si aujourd’hui ils ne consomment que l’équivalent d’1 tablette chacun par an, comme ils sont plus d’1 milliard de personnes, cela représente plus de 100 000 tonnes de cacao  ! Imaginez qu’ils aient tous envie d’une 2ème tablette, là, maintenant ?

Restons raisonnables

En fait, 100 000 tonnes de cacao, c’est moins de 3% de la production mondiale (qui tourne autour de 4 millions de tonnes par an). Et la consommation Asiatique, même si elle augmente, ne devrait tout de même pas doubler en seulement 1 an ! Nous avons un peu de temps pour nous préparer à y faire face.

Conséquences (positives) de cette menace menaçante …

La première conséquence de l’augmentation de la demande de chocolat, c’est que le cours du cacao augmente.

Bon, il y a une mauvaise nouvelle pour nos porte-monnaie : nous allons payer le chocolat plus cher.

Mais la bonne nouvelle, c’est que les paysans qui cultivent le cacao commencent à mieux gagner leur vie ! Ce qui les motive pour mieux soigner leurs plantations. Et leurs plantations le leur rendront bien en étant plus rentables : les arbres, bien soignés donneront plus de cabosses, et les cabosses donneront des graines de cacao de meilleure qualité.

Chocolat magazine 461Il n’y a pas que ça ! D’autres paysans, qui aujourd’hui cultivent palmiers, caoutchouc, ou encore pavot, coca … réalisent que cela devient plus intéressant (et moins risqué) de cultiver du cacao. Ils sont motivés pour passer aux cacaoyers 🙂

Dernière bonne nouvelle : les industries du chocolat, qui cherchent elles aussi à booster la culture du cacao (c’est tout de même leur gagne-pain), lancent des campagnes de formation pour apprendre aux agriculteurs à lancer et à prendre soin de leur plantation de cacao.

Tout cela devrait bien aider à augmenter la production de cacao à temps pour répondre à la demande croissante de chocolat dans les pays d’Asie !

Bref, en bonne optimiste qui se respecte, je pense que, de même que nous commençons à trouver des solutions concernant la pénurie de pétrole, nous trouverons des solutions pour ne pas souffrir d’une pénurie de cacao … comme dirait Mr. Y. : il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions … et les Shadocks compléteraient : s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème 😉

Ouf, c’est pas tout ça mais ça m’a donné envie d’un bon petit carré de chocolat cette histoire de pénurie. Pas vous ?